27_samedi

{18:27} hey

cette chanson

je suis contre le mariage
et le renforcement de l’ordre rétabli qu’il implique
etc.

26_vendredi

{17:04} hey

à quoi ça sert

surtout
de vous poser la question
vous dont l’absence est
encore plus patente que
la mienne

24_mercredi

{21:45} hey

à quoi ça sert
madame
de vous écrire
oui, madame
je ne vous le demande pas
moi aussi, j’ai
d’autres idées en tête
pour le moment

25_lundi

{14:09} interlude

je ne sais pas ce que ça veut dire
mais je suis d’accord

21_jeudi

{15:12} aujourd’hui

vous comprenez ?

14_jeudi

{14:54} interlude

3_dimanche

{14:09}

merci à tous

20_lundi

{20:17} interlude

j’ai pensé recevoir un sms qui disait « sauve moi », c’était d’une femme saoule
lorsque j’y répondrais j’avais prévu d’écrire  » bien sur voyons nous Lundi » tout en sachant
très bien
que le retour serait négatif
« je ne le veux pas encore »
avec un peu de chance tout ou partie de cela n’ aura pas lieu

10_vendredi

{17:28} interlude

je n’ai de commentaires à faire sur rien

9_jeudi

{17:36} jam city – dream a garden (2015)

je dois remettre le disque de jam city, il s’est produit comme ce qui se passait en moi au même moment ces vingt minutes là de la face B, je passe devant la glace et je fais une grimace, cette fameuse grimace je crois que tout le monde la connait sauf moi, devant les vitres du train à grande vitesse elle était là et j’aurai préféré ne pas la voir à ce moment là. ensuite je dois répondre à des renseignements administratifs qui ne me concernent pas, je pense que personne n’écoute plus de disque ou même n’a jamais écouté de disque une pipe à la bouche dans un fauteuil bien au milieu face aux enceintes en tous cas pas moi. j’allais parler de la musique mais je n’aime pas la musique, j’aime certains disques à certains moments et pour toujours aussi. le nouveau jam city n’est pas sans rappeler quelques vieux hype williams, et donc je l’aime.
en même temps j’écoute ça

en même temps, en passant
mais j’écoutais superpitcher, encore, en me posant des questions sur ces allemands
j’avais l’intention d’écouter superpitcher et puis la compile de die todliche doris en faisant un comparatif sous l’angle national
mais bien sur j’ai remis dream a garden
si je comprends bien classical curves était un genre de description de la société et de l’aliénation et celui-ci serait ce qui se passe sans cette aliénation, ce qui on le sait bien est toujours un exercice périlleux, c’est toujours beaucoup plus amusant de détruire et, moi, je ne vois pas bien l’intérêt de décrire le futur utopique qui est toujours bien décevant et si facilement attaquable, démontable
de ce point de vue, c’est vrai, la mixtape que j’ai mis avant est plus réussie parce qu’elle mélange un peu les deux et est donc bien plus dans l’opposition et la revendication
ou alors il faudrait que je le mette beaucoup plus fort
je le ré-écoute encore parce que ça m’intrigue

mais c’est vrai que je devrais passer à autre chose

je n’ose pas regarder la video

3_vendredi

{13:58} synchro

il y a ça dans mon exemplaire du nouveau jam city

vous pouvez l’écouter en même temps que moi

{11:28}

hier soir je me suis couché avec une très bonne idée
un texte que j’aurai pu écrire
ici
au lieu de dormir
bien sur je pensais que je pourrais l’écrire
maintenant
ici
bien sur le pire c’est que je me rappelle
très bien, d’avoir eu une idée
je me vois dans le noir avec l’idée qui est là
mon corps tombe dans le noir avec l’idée
ma joue apparait et puis mon oeil, un peu de couleur dans ce noir
mon corps est un visage et une ombre noire
et il tombe doucement pendant que je pense
cette idée sera là demain mais aussi
je pense, à chaque fois que j’ai cru que l’idée serait là
elle n’y était plus
maintenant que j’écris
si je pense à l’idée je vois bien l’enveloppe
qui est présente dans mon cerveau
l’enveloppe de l’idée est bien là
comme un trou bien délimité et noir là encore
un peu comme un nuage noir et vide


c’est la meilleure musique avec kathy acker que je connaisse
je crois

1_mercredi

{15:58}

bien,
je vous prèfère
un peu tous
avec une certaine distance
mais sans absence
un peu tous
loin de moi
à portée d’une écriture
transmise immédiatement
reçue on ne sait quand
sans accusé, vous me recevez
on ne sait pas vraiment si
c’est arrivé
je vous préfère un peu tous
différement
loin de moi
je vous écris
sans y penser
parfois un peu loin

un bien bon album de Wire, après tout

28_samedi

{18:55}

les images parlent d’elles même
c’est le summum de l’aliénation
c’est pire que de la merde

22_dimanche

{23:52} ou bien

{19:42} interlude

on se fout de vos élections

lisez ça

18_mercredi

{18:43}

interlude

17_mardi

{15:24} interlude révolutionnaire

la révolution ne pourrait elle, d’ailleurs, être autre qu’interludaire ?
espérons le, peut-être, ne l’espérons pas, n’en attendons rien, je me souviens que lorsque j’étais étudiant en médecine j’étais allé, exceptionnellement à un cours, probablement à cause de cette grande fille qui venait d’aulnay sous bois sinon je ne vois pas vraiment de raison d’y être allé et là, une dame, une prof, nous avait expliqué que la vie était un jeu, je lui avais bien sur expliqué que c’était une connerie, et que même si c’était un jeu je refusais d’y jouer puisque je n’en connaissais pas les règles, écrites par d’autres. intermède juvénile qui ne me rapporta aucun point dans le cursus, ni avec la grande fille.

je n’ai pas eu l’occasion d’écrire tout la déception que m’a apportée le petit livre à nos amis, il suffira de dire que je n’y ai trouvé que 3 ou 4 pages bien écrites avec un peu d’allant et de l’idée, trop de références à l’Occident {?!} des piques anti-marxistes un peu bêtes, ou le pire, le thème apparemment central de la vérité éthique, le reste étant surtout une suite de vignettes, d’anecdotes de camaraderie de voyage sur les divers théâtres d’opération passagers, rien que je n’ai vu en plus clair sur bfm tv déjà. ce qui ne veut pas dire que nous ne sommes pas amis, c’est ça qui est étrange mais reste vrai. enfin,
je crois

bon je me faisais la réflexion l’autre jour, sans doute en regardant le journal de tf1 (qu’on se rassure je ne regarde la télévision que 45 minutes grand maximum par jour, ou plutôt disons qu’elle est allumée pendant ce laps de temps) la réflexion que finalement la liberté d’expression qui est défendue à cor et à cri cette liberté là n’est comprise par nos dirigeants, et donc appliquée à nous, que comme la liberté pour nous de pouvoir lire et écouter ce qu’ils ont à dire eux. ce qu’ils ont à nous dire, et à nous enjoindre, ils ont besoin que nous puissions l’entendre, le lire, l’apprendre. ils doivent pouvoir librement, et à chaque instant, nous délivrer leurs idées, leur vision du monde, leur culture et leurs ordres. Et nous, républicains, nous avons le devoir, civique, d’entendre, de lire et d’apprendre ces ordres. Et nous, républicains, nous devons défendre la liberté de nos oppresseurs à nous parler. nous n’avons, bien évidemment, aucune compétence pour nous exprimer et bien peu d’entre nous n’en prennent les moyens, pourtant simples comme celui que j’utilise actuellement.
voilà ce que j’ai compris.
lou-edie
ce que j’ai bien aimé, dans à nos amis, c’est l’utilisation répétée de la forme nous, révolutionnaires que j’ai trouvée choquante et présomptueuse car pour moi de révolution il n’y a pas eu donc de révolutionnaire je ne vois trace. mais une fois ce petit choc surmonté j’ai pensé que je pouvais du coup dire moi, révolutionnaire et c’est ce que je dis maintenant
ça me passera, j’en suis sur

16_lundi

{21:37} enfin

une chose

rassurante

11_mercredi

{22:20}

The older guys get the ladies with their style, yeah
The older guys squeeze ’em till it makes them smile
What’s the sense of looking like a cop on the beat?
What’s the sense of looking like a girl on the street?